Montaigne dans ses Essais répond-il à une énigme du Lycosthenes ?

Edouard : réminiscence ?

vendredi 6 avril 2007, par Etienne Ithurria

Rappelons que la poignée de réminiscences du scripteur - pas de référence chiffrée - sur des milliers de renvois chiffrés, trouve ou une réponse ou un écho chez Montaigne : Quartilla/Pétrone, Martin Guerre/Diagoras, et sans doute Edouard...

Voici donc une entrée du Lycosthenes (p.290) qui intéresse notre scripteur : sous le titre, comme on le voit, sont portées ces lettres énigmatiques

c. d. E .

Or Montaigne - Essais 18 A - évoquant le corps de Edouard, à l’occasion de l’importance de la présence du Chef, traduit littéralement cette entrée du Lycosthenes :

" Edouard premier, Roy d’Angleterre, ayant essayé aux longues guerres d’entre luy et Robert, Roy d’Escosse, combien sa presence donnoit d’advantage à ses affaires, rapportant tousjours la victoire de ce qu’il entreprenoit en personne, mourant, obligea son fils par solennel serment à ce qu’estant trespassé, il fist bouillir son corps pour desprendre sa chair d’avec les os, laquelle il fit enterrer ; et quant aux os, qu’il les reservast pour les porter avec luy et en son armée, toutes les fois qu’il luy adviendroit d’avoir guerre contre les Escossois. Comme si la destinée avoit fatalement attaché la victoire à ses membres. "

Villey, dans l’Edition Municipale, signale qu’il n’a pas trouvé la version exacte de Montaigne. Constatons qu’il n’y a pas de chiffre après ce c.d.E., chose rarissime chez le scripteur. On aurait donc une réminiscence. Le E en outre est majuscule : présomption pour un nom propre, comme les C. pour Caesar dans les notes manuscrites du César de Chantilly. L’édition de la Pochothèque (p.68 note 6) nous dit que ce récit est d’origine inconnue.

La conjecture

E. pour Edouard

c. pour corps

s’intègre de façon probante dans la phrase montaignienne réplique très fidèle du titre latin :

ducis praesentia... quae multum confert...

" combien sa présence "

ad victoriam...

" rapportant la victoire..."

On ne peut à mon avis perpétuellement évoquer le hasard ou des coïncidences pour ces réminiscences. Surtout qu’il y a le reste, tout le reste.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0