evangile

mercredi 19 octobre 2005, par Etienne Ithurria

Le scripteur pratique l’Ecriture Sainte (Vulgate, semble-t-il) et même si le renvoi, toujours au texte latin, concerne l’Ancien Testament ou les Epîtres, il note presque toujours sa référence sous la forme française evangil, mot absent des Essais ! Voilà qui mérite, sinon explication, du moins analyse, interprétation, voire interrogations ou débat.... Compte tenu de la pagination il doit disposer d’un Nouveau Testament avec des références à l’Ancien Testament ou peut-être un Evangile commenté... ou une Paraphrase d’une partie du Nouveau Testament. (Epîtres ou Evangile).A titre indicatif ma Bible latine de Robert Estienne (1555, 303 fol. pour l’Ancien Testament) dispose d’une pagination autonome pour le Nouveau Testament (74 fol.) L’article de A. Legros Bible in dict. Montaigne (Champion) peut être éclairant pour les renvois de notre scripteur. La Communication de Mme Marianne S. Meijer - Montaigne et la Bible - in Bsam n°20 - 1976 mérite une visite très attentive.

LYC. 2 De abstinentia

evangil. 63 p 2 inf sans doute I Thessaloniciens V 22

Ab omne specie mali abstinete vos.

LYC. 60 de amore inhonesto atque impudico

renvoi indirect à l’Ecclésiaste, puisque le scripteur se renvoie à Du Tronchet 160 p2 dont l’argument reprend le...

toutes choses ont leur saison

Qohélet/Eccésiaste 3, 1 Essais Pochothèque 1086 titre Essai II, xxviii.)

Castellion dans sa belle et solide édition de La Bible 1555 nouvellement translatée édition 2005 Bayard p.1363... porte aussi cette expression, semble-t-il, consacrée :

Toutes choses ont leur saison et (ibidem) p.2860 dans les Annotations Castellion résume :

Toutes choses ont leur saison. Puisque tout se fait en son temps et qu’ici on cherche qu’est le bien, il se faut donner garde qu’on ne le cherche hors le temps. Car ainsi qu’il y a temps de semer et temps de moissonner, ainsi y a-t-il temps de bienheurance et temps de malheurance. En cette vie est le temps de malheur. Que si on cherche bien et bonheur, c’est tout ainsi comme si on voulait moissonner en temps de semaille. Il faut attendre moisson, c’est la vie à venir, en laquelle seule justice et vérité auront place.

Pour le texte complet de Du Tronchet reprenant comme Montaigne le Qohéleth on se reportera ici même à l’article Du Tronchet lyc. 60 Estienne du Tronchet : il serait intéressant de comparer l’Essai de Montaigne et la lettre de Du Tronchet introduits tous deux par cet inusable verset, et de mettre en évidence leurs musiques respectives...

LYC. 77 de aqua lustrali, quam benedictam vulgo vocitant...

fac evangil. 30 Ezechiel XXXVI 25

24 Tollam quippe vos de Gentibus, & congregabo vos de universis terris, & adducam vos in terram vestram. 25 Et effundam super vos aquam mundam, & mundabimini ab omnibus inquinamentis vestris, & ab universis idolis vestris mundabo vos.

LYC. 169 de compatientia

evangil. 63 nb 2 fois. Voir texte complet à lyc.314.

LYC. 191 de constantia

fac evangil. 22 col. pa in verbo et non timebit

Nb première colonne. Il s’agit sans doute, non d’un verset d’un psaume comme nous l’avons mis dans Rencontres, mais plutôt de Jérémie cap. XVII v. 8 qui seul porte et non timebit :

Et erit quasi lignum quod transplantatur super aquas, quod ad humorem mittit radices suas : & non timebit quum venerit aestus. Et erit folium eius viride, & in tempore siccitatis non erit sollicitum, nec aliquando desinet facere fructum.

Trad. Bible de Jérusalem (v. 7-9) : Heureux l’homme qui se confie en Yahvé et dont Yahvé est l’espérance. Il ressemble à un arbre planté au bord de l’eau et qui tend ses racines vers le courant : il ne redoute rien quand arrive la chaleur, son feuillage reste vert ; dans une année de sécheresse il est sans inquiétude et ne laisse pas de porter fruit.

LYC. 197 de continentia

evangil. 67 inf nb texte complet à lyc.579. Focalisation Ep. aux Galates.

LYC. 200 de convictu & conversatione

evangil. 53 p2 Ep. I Pierre II 12

11 Charissimi, obsecro vos tamquam advenas & peregrinos abstinere vos a carnalibus desideriis, 12 quae militant adversus animam, conversationem vestram inter Gentes habentes bonam : ut in eo, quod detrectant de vobis tamquam de malefactoribus, ex bonis operibus vos considerantes, glorificent Deum in die visitationis.

Nb cf lyc. 662. Focalisation sur ces versets de I Pierre II 11, 12... 16 (lyc.619).

LYC. 238 de Deo omnipotente et vidente omnia

evangil 63 nb texte complet à lyc. 314.

LYC. 240 de Deo semper colendo

Deux renvois : fac evangil. 38 p2... inf in marg ou il (dit) que tribulation est necessaire et apoph. de Philon evangil. 188 p2 col... inf

LYC. 271 de doctrina et eruditione

scientia inflat porte le scripteur. Tête du verset de Paul Corinthiens I, cap. 8 verset 2 :

Scientia inflat, charitas vero aedificat. Si quis autem existimat scire aliquid, nondum cognovit quemadmodum oporteat scire... Repris par M. sur sa poutre en latin et dans les Essais 449 A... que l’homme qui presume de son sçavoir, ne sçait pas encore que c’est que sçavoir...

LYC. 282 de doctrina factis dissentanea

evangil 54 p 2 Iacobi Epistola. Ep. Jacques I 21 Propter quod abiicientes omnem immunditiam, et abundantiam malitiae, in mansuetudine suscipite insitum verbum, quod potest salvare animas vestras. 22 Estote autem factores verbi, et non auditores tantum : fallentes semetipsos. 23 Quia si quis auditor est verbi, et non factor : hic comparabitur viro consideranti vultum nativitatis suae in speculo : 24 consideravit enim se, et abiit, et statim oblitus est qualis fuerit.

LYC. 296 de ebrietate, vinolentia & bibendi ratione

evang. 58 Actes des Apôtres : Pentecôte.

II v.12-22 : Stupebant autem omnes, et mirabantur ad invicem dicentes : Quidnam vult hoc esse ? Alii autem irridentes dicebant : Quia musto pleni sunt isti. Stans autem Petrus cum undecim levavit vocem suam, et locutus est eis : Viri Iudaei, et qui habitatis Ierusalem universi, hoc vobis notum sit, et auribus percipite verba mea. Non enim, sicut vos aestimatis, hi ebrii sunt, cum sit hora diei tertia : sed hoc est, quod dictum est per prophetam Ioel : Et erit in novissimis diebus (dicit Dominus) effundam de Spiritu meo super omnem carnem : et prophetabunt filii vestri, et filiae vestrae, et juvenes vestri visiones videbunt, et seniores vestri somnia somniabunt, Et quidem super servos meos, et super ancillas meas in diebus illis effundam de Spiritu meo, et prophetabunt : et dabo prodigia in caelo sursum, et signa in terra deorsum, sanguinem, et ignem, et vaporem fumi : Sol convertetur in tenebras, et luna in sanguinem, antequam veniat dies Domini magnus et manifestus. Et erit : omnis, quicumque invocaverit nomen Domini, salvus erit.

LYC. 314 de eleemosyna

evangil. 63 Petri epistola I cap.3 v.8...

8 In fine autem omnes unanimes, compatientes, fraternitatis amatores, misericordes, modesti, humiles : 9 non reddentes malum pro malo, nec maledictum pro maledicto, sed e contrario benedicentes : quia in hoc vocati estis, ut benedictionem hereditate possideatis. 10 Qui enim vult vitam diligere et dies videre bonos, coerceat linguam suam a malo, et labia eius ne loquantur dolum : 11 Declinet a malo, et faciat bonum : inquirat pacem, et sequatur eam : 12 Quia oculi Domini super iustos, et aures eius in preces eorum : Vultus autem Domini super facientes mala. 13 Et quis est qui vobis noceat, si boni aemulatores fueritis ? 14 Sed et si quid patimini propter iustitiam, beati. Timorem autem eorum ne timueritis, et non conturbemini. 15 Dominum autem Christum sanctificate in cordibus vestris...

nb très forte focalisation du scripteur sur cette Ep. I de S. Pierre cf lyc. 169 (2 fois), 238, 314, 403, 662, 713. Pas moins de 7 renvois à ces versets... (cf aussi lyc.200, 619, 662) ... dans un contexte où les chrétiens se déchirent.

LYC. 322 de exactionibus & tributis

Le scripteur écrit exactores tributor(esque) vocantur tyranni evangil. 49 col. I(a) inf in verb. et tyrannos. Il s’agit de I Macchabées I, 5, que, selon Villey, Montaigne pratique... Et obtinuit regiones Gentium, & tyrannos : & facti sunt illi in tributum... Rappel : Essais 574 B... subsides tyranniques... Hasard de cette rencontre de mots que le scripteur juxtapose précisément dans ce contexte. Le Journal de voyage en Italie p.104 (édition folio Garavini) porte aussi, sous la dictée de Montaigne... L’exaction du paiement est un peu tyrannique... Toujours le hasard, dans cette entrée de exactionibus ?

LYC. 356 de fiducia sui

Le scripteur porte : se faut confier en dieu seul evangil. fol 73 p 2 col...

LYC. 370 de forma & pulchritudine corporis

le scripteur porte : non est species ei neque decor evangil. 37 soit Isaïe LIII 2 1 Quis credidit auditui nostro ? & brachium Domini cui revelatum est ? 2 Et ascendet sicut virgultum coram eo, & sicut radix de terra sitienti : non est species ei, neque decor : & vidimus eum, & non erat aspectus, & desideravimus eum.

Nb passage du prophète interprété comme l’anticipation de la Passion du Christ devenu méconnaissable. A méditer, cette fin de séquence sur la beauté ! Rapprocher : lettre sur la mort de La Boëtie... non homo, sed species hominis... Montaigne y joue-t-il de ce mot ? ... Réminiscence ?...

LYC. 374 de fortitudine domestica

il ny a plus grande force que des demons evangill. 37 p 2 écrit le scripteur.

LYC. 416 de fuco

evangil. 27 p 2 in verb. afferte mihi oleum écrit notre scripteur, se renvoyant à Daniel XIII, v. 17... Episode de Suzanne et les vieillards qui l’observent en cachette !... Dixit ergo puellis afferte mihi oleum...

LYC. 403 de fratribus

evangil 63 nb voir texte complet à lyc.314.

LYC. 436 de gratitudine in Deum

fac evangil 73 col pa (prima) in verb. gratias agentes semper pro omnibus soit Ep. de Paul Ephesiens V, 20...

LYC. 446 de hilaritate

fac evangil. 69 p 2 in pr cf à lyc.579 texte complet evangil. 67 inf

LYC. 477 de imitatione

Le scripteur porte de Imitatione evangil. fol 74 col. pa (prima)

LYC. 494 de inferno

Le scripteur porte duplex infer(nus) evangil. 55 p 2 col... in marg.

LYC. 502 de iniuria

fac. evangil. 33 p 2 in pr. in verb. non qua’res ultionem soit sans doute Lévitique XIX 18... non quaeras ultionem nec memor eris iniuriae civium tuorum...

LYC. 511 invidia quae plerunque foelicitatis & virtutis comes est.

le scripteur porte de natura Invid. evangil. 64 p 2 col...in marg.

LYC. 523 de iracundia

Le scripteur écrit : ne doit estre de duree evangil. 72 p 2 col... tunc repletus est furore et aspectus faciei illius immutatus est super illos comme dit Daniel de Nabuchodonosor evangil fol 48 p 2 col...

soit Daniel III, 19. nb lyc. 941 renvoi à Daniel.

19 Tunc Nabuchodonosor repletus est furore : & aspectus faciei illius immutatus est super Sidrach, Misach, & Abdenago. & preacepit ut succenderetur fornax septuplum quam succendi consueverat.

Nb il importe de lire la suite de ce chapitre qui n’est pas sans évoquer de constantia lyc. 191 et lyc. 849 de perseverantia (et constantia) ajoute le scripteur) : voir nos observations in Rencontres pour ces référ. lyc.191 et 849.

LYC. 553 de latrocinio.

fac evangil. 24 p 2 in verb Naman (Namaan)

Il s’agit de l’épisode - II Rois cap. 5 Guérison de Naaman, chef d’armée du Roi de Syrie, atteint de la lèpre, à la prière d’ Elisée. Le serviteur d’Elisée, Giézi, se fait rémunérer et sera puni de la lèpre. On est dans le registre de la simonie. L’édition de 1555 Roberti Stephani introduit les chapitres par ces mots :

Naaman Syrus per Eliseum curatur à lepra. Munera accipit Giezi mendax à Naaman, & lepra percutitur.

LYC. 579 de legum renovatione & abrogatione

evangil. 67 inf Ep. Ad Galatas.

Cap.V v.22 Fructus autem Spiritus est : charitas, gaudium, pax, patientia, benignitas, bonitas, longanimitas, 23 mansuetudo, fides, modestia, continentia, castitas. Adversus huiusmodi non est lex. 24 Qui autem sunt Christi, carnem suam crucifixerunt cum vitiis, et concupiscentiis. 25 Si spiritu vivimus, spiritu et ambulemus. 26 Non efficiamur inanis gloriae cupidi, invicem provocantes, invicem invidentes. Cap. VI Fratres, et si praeoccupatus fuerit homo in aliquo delicto, vos, qui spirituales estis, huiusmodi instruite in spiritu lenitatis, considerans te ipsum, ne et tu tentaris. 2 Alter alterius onera portate, et sic adimplebitis legem Christi. 3 Nam si quis existimat se aliquid esse, cum nihil sit, ipse se seducit. 4 Opus autem suum probet unusquisque, et sic in semetipso tantum gloriam habebit, et non in altero. 5 Unusquisque enim onus suum portabit. 6 Communicet autem is, qui catechizatur verbo, ei, qui se catechizat, in omnibus bonis. 7 Nolite errare : Deus non irridetur. Nb Forte focalisation du scripteur sur ces versets cf lyc. 197, lyc. 446, lyc. 579, lyc. 828, lyc. 891... cf aussi Montaigne : poutre et Essais Pochothèque p.705 note.

LYC. 619 de licentia

evangil.54 Ep. I de Pierre II v. 16

15... quia sic est voluntas Dei, ut benefacientes obmutescere faciatis imprudentium hominum ignorantiam : 16 quasi liberi, et non quasi velamen habentes malitiae libertatem, sed sicut servi Dei.

LYC. 662 de maledicentia, detrectatione, ac mordicitate

evangil. 54 cf texte complet Ep. I Pierre II 12 à lyc. 200 evangil. 54.

evangil. 63 nb voir texte complet à lyc.314. Focalisation I Pierre. Cap. II et III...

LYC. 670 de malitia

evangil. 64 p 2 sans doute début I Ep. Pierre IV...

evangil. 52 p 2 Ep. I Pierre II 1

1 Verbum autem Domini manet in aeternum. Hoc est autem verbum, quod evangelizatum est in vos. 2 Deponentes igitur omnem malitiam et omnem dolum, et simulationes, et invidias, et omnes detractiones, sicut modo geniti infantes, rationabile, sine dolo lac concupiscite : 3 ut in eo crescatis in salutem : si tamen gustatis quoniam dulcis est Dominus.

LYC. 700 de militum in rebus agendis ignavia

fac iudic. 7 in verb. Qui formidolosus. Il s’agit bien du chapitre 7 v.3 du Livre des Juges concernant la campagne de Gédéon à l’ouest du Jourdain : « Et maintenant proclame donc ceci aux oreilles du peuple : « Que celui qui a peur et qui tremble, s’en retourne ! » Gédéon les mit à l’épreuve. Vingt deux mille hommes parmi le peuple s’en retournèrent et il en resta dix mille.(trad. Bible de Jérusalem)

Nb Rencontres p.107 pour notre commentaire sur le profil militaire du scripteur. Constatons que le scripteur ici se renvoie non pas avec evangil mais bien directement à l’Ancien Testament.

LYC. 713 de modestia

evangil. 63 nb texte complet à lyc. 314

LYC. 773 de mutationibus in Republica & Ecclesia perniciosis

evangil 54 Iacobi Epistula Ep. De Jacques.Cap. I

16 ... Nolite itaque errare fratres mei dilectissimi. 17 Omne datum optimum, et omne donum perfectum desursum est, descendens a Patre luminum, apud quem non est transmutatio, nec vicissitudinis obumbratio. 18 Voluntarie enim genuit nos verbo veritatis, ut simus initium aliquod creaturae eius...

nb occasion de rappeler que Deus superbis resistit, humilibus autem dat gratiam (Villey, Essais II 12, 449) est à la fois in Ep. I Pierre V, 5 et Ep. de Jacques IV, 6 : le scripteur pratique les deux.

LYC. 788 de nocte

ad Rom 14 St Paul, Epitre aux Romains.

Cap.13 v. 9 à 14 compris : ... et si quod est aliud mandatum, in hoc verbo instauratur : Diliges proximum tuum sicut teipsum. Dilectio proximi malum non operatur. Plenitudo ergo legis est dilectio. Et hoc scientes tempus : quia hora est iam nos de somno surgere. Nunc enim propior est nostra salus, quam cum credidimus. (v.12) Nox praecessit, dies autem appropinquavit. Abiiciamus ergo opera tenebrarum, et induamur arma lucis. (v.13) Sicut in die honeste ambulemus : non in commessationibus et ebrietatibus, non in cubilibus, et impudicitiis, non in contentione, et aemulatione : (v.14) sed induimini Dominum Iesum Christum, et carnis curam ne feceritis in desideriis.

Montaigne s’attache à cette Epître aux Romains : Essais 197 A... Ne soyez pas plus sages qu’il ne faut, mais soyez sobrement sages... (XII, 3) cependant que le scripteur, qui cite intégralement le verset 12, du chapitre 13, se renvoie, semble-t-il, de fait, au chapitre 14 que voici :

Infirmum autem in fide assumite, non in disceptationibus cogitationum. Alius enim credit se manducare omnia : qui autem infirmus est, olus manducet. Is, qui manducat non manducantem non spernat : et qui non manducat, manducantem non iudicet : Deus enim illum assumpsit. Tu quis es, qui iudicas alienum servum ? Domino suo stat, aut cadit : stabit autem : potens est enim Deus statuere illum. Nam alius iudicat diem inter diem : alius autem iudicat omnem diem : unusquisque in suo sensu abundet. Qui sapit diem, Domino sapit : Et qui manducat, Domino manducat : gratias enim agit Deo. Et qui non manducat, Domino non manducat, et gratias agit Deo. Nemo enim nostrum sibi vivit, et nemo sibi moritur. Sive enim vivimus, Domino vivimus : sive morimur, Domino morimur. Sive ergo vivimus, sive morimur, Domini sumus. In hoc enim Christus mortuus est, et resurrexit : ut et mortuorum et vivorum dominetur. Tu autem quid iudicas fratrem tuum ? aut tu quare spernis fratrem tuum ? Omnes enim stabimus ante tribunal Christi. scriptum est enim :

Vivo ego, dicit Dominus, quoniam mihi flectetur omne genu : et omnis lingua confitebitur Deo.

Itaque unusquisque nostrum pro se rationem reddet Deo. Non ergo amplius invicem iudicemus : sed hoc iudicate magis, ne ponatis offendiculum fratri, vel scandalum. Scio, et confido in Domino Jesu, quia nihil commune per ipsum, nisi ei qui existimat quid commune esse, illi commune est. Si enim propter cibum frater tuus contristatur : iam non secundum charitatem ambulas. Noli cibo tuo illum perdere, pro quo Christus mortuus est. Non ergo blasphemetur bonum nostrum. Non est enim regnum Dei esca, et potus : sed iustitia, et pax, et gaudium in Spiritu sancto : qui enim in hoc servit Christo, placet Deo, et probatus est hominibus. Itaque quae pacis sunt, sectemur : et quae aedificationis sunt, in invicem custodiamus. Noli propter escam destruere opus Dei. omnia quidem sunt munda : sed malum est homini, qui per offendiculum manducat. Bonum est non manducare carnem, et non bibere vinum, neque in quo frater tuus offenditur, aut scandalizatur, aut infirmatur. Tu fidem habes ? penes temetipsum habe coram Deo : Beatus, qui non iudicat semetipsum in eo, quod probat. Qui autem discernit, si manducaverit, damnatus est : quia non ex fide. Omne autem, quod non est ex fide, peccatum est.

Ce chapitre, comme titre p. 483 le Nouveau Testament de folio classique est un vigoureux playdoyer pour la tolérance. On y ajoute : Sacrifices d’opinions commandés par la Charité. Voici quelques éléments de la traduction d’Hugues Oltramare de cette édition oecuménique, qui ne manqueront pas de réactualiser la situation d’un scripteur du XVI ième s. confronté aux guerres de religion et à la nature de leurs querelles :...

Soyez accueillants pour qui est faible en la foi, sans juger ses pensées... Que celui qui mange de tout ne méprise pas celui qui ne mange pas de tout... Qui es-tu, toi qui juges le serviteur d’autrui ? S’il se tient debout, ou s’il tombe, c’est l’affaire de son maître... Celui-ci juge tel jour plus saint qu’un autre, celui-là les juge tous pareils : que chacun se fasse une conviction entière et personnelle... Toi donc, pourquoi juges-tu ton frere ? Et toi, pourquoi méprises-tu ton frere ?... Cessons donc de nous juger les uns les autres, et prenons plutôt la résolution de ne placer devant notre frere ni pierre d’achoppement, ni piège... N’entraîne pas à la perdition, pour une question de nourriture, un homme pour lequel Christ est mort... Recherchons donc ce qui contribue à la paix et à l’édification mutuelle... Toi, tu as une conviction ; garde ta conviction pour toi, devant Dieu : heureux celui qui ne se condamne point lui-même en maintenant son droit à suivre sa conviction...

LYC. 815 de pace

evangil. 61 in marg. écrit le scripteur.

LYC. 828 de patientiae iniuriae

evang. 68 cf texte complet à lyc. 579 evangil. 67 inf Focalisation Ep. Aux Galates.

LYC. 891 de precatione sive oratione hominis ad deum

evangil 69 in pr cf texte complet à lyc.579 evangil 67 inf Focalisation sur Ep. aux Galates.

nb en outre ici le scripteur se renvoie au Psaume 120 v.1 en écrivant... les anciens in adversitatibus deos invocabant unde Psal. ad dominum cum tribularer clamavi et exaudivit me...

Décidément ce scripteur donne à penser :

. Mélange français/latin comme ci-dessous à lyc.967 De sapientia... Occasion de revenir à l’excellente observation de Katherine Almquist (Bsam janvier-juillet 1998 p. 33) :

Mais remarquons comment le rapporteur glisse du français au latin dans une seule phrase,

" Michel de Montaigne raporteur fecit"

Et Katherine Almquist de démontrer, à partir de ce fait, comme elle renouvelle plus largement l’approche de Montaigne et de ses Essais à partir de textes juridiques trop négligés, qu’il y a un contrepoids nécessaire au mythe de l’auteur, si l’on veut bien tenir compte que, comme il a été répété et par Roger Stéphane dans son Autour de Montaigne et par Jean Céard à moi-même, Montaigne n’est pas une île !. Approche d’une complexité applicable à nos recherches.

. les "anciens", substantif , et non les Juifs, ou les croyants ou les hommes. Il serait utile de revisiter ce mot Anciens à la lumière de Anciens, Modernes, Sauvages de François Hartog, (Galaade éditions 2005) et à la lumière des emplois montaigniens (32 fois in Essais). Chez le scripteur, le mot anciens constitue une inclusion anthropologique large, confirmée par...

. deos et non Deum, alors que la référence est monothéiste et biblique.

. unde à expliquer, comme cause, origine... ou plutôt comme conséquence de in adversitatibus.

Signalons enfin que dans cette entrée le scripteur se renvoie via Polidorius Vergilius au PATER, et donc indirectement à l’évangile, pour la prière la plus simple et la plus fondamentale (comme entre autres Erasme et Montaigne) ... quomodo orandum sit Christus docuit Polid. Verg. 466

TEXTE de Pol. Verg. extrait du De inventoribus rerum :

Qui primum docuerit modum orandi, & cur in Orientem versi oremus, ac unde mos concionandi, & de perfecto concionandi modo, atque quando eucharistia instituta, déque primo eius usu. CAPUT IX. ...(p.464) Proximum est, ut vel de nostrarum caerimoniarum ratione dicamus, quae non animalium cruorem, non hominum caedem, sed synceram fidem puramque mentem poscit. Et quia Deus ea potissimum de causa, uti suprà exposuimus, nos fecit, ut statim geniti ipsum coleremus, atque ut Chrysostomus homilia XXIII. in Matth. ait , bonis potiremur aeternis, eaque tantum precando postularemus, ideo à perfecto orandi modo initium faciemus. Duo sunt, Lactantio testificante, quae Deo à nobis offerri debeant, donum & sacrificium : donum in perpetuum, sacrificium ad tempus : de hoc paulo post. Donum est integritas animi : si enim Deus non videtur, iis rebus coli debet quae non videntur, cuiusmodi sunt virtutes animi, & iustitia. Ad quam haud dubiè , sicut Cicer. De Legib. Suspicatur, nos esse natos intelligere debemus. Summus igitur colendi Dei ritus est, ex ore iusti hominis ad Deum directa laudatio : quae tamen ipsa ut Deo sit accepta, & mansuetudine & timore & pietate maxima opus est. Quod in primis illi prisci Hebraei, prout non uno in loco supra demonstravimus, factitarunt, atque ut nos illud ipsum faceremus, servator noster CHRISTUS primus iussit dicens : : Estote ergo perfecti, quemadmodum & pater vester caelestis perfectus est. Et inde subiungit : Tu autem cum oras, intra in cubiculum (465) tuum, & clauso ostio tuo, ora patrem tuum qui est in occulto, & pater tuus qui videt in occulto, reddet tibi. Orantes vero nolite multum loqui, sicut Ethnici faciunt, putant enim quod multiloquio suo exaudiantur. Et subdit : Sic ergo vos orate : Pater noster qui es in caelis, Sanctificetur nomen tuum. Adveniat regnum tuum. Fiat voluntas tua, sicut in caelo & in terra. Panem nostrum quotidianum da nobis hodie. Et remitte nobis debita nostra , sicut & nos remittimus debitoribus nostris. Et ne nos inducas in tentationem, sed libera nos à malo. Amen. Haec ex evangelista Matthaeo, apud quem Hierony. non quotidianum, secundum Cypriani sententiam, sed supersubstantialem panem legit. Contrà & Cyprianus legit non dimitte, sed remitte nobis debita nostra, sicut & nos remittimus. Et haec admonui, ut utramque lectionem intelligas haud quaquam ex recentioribus esse, & rectius legi remitte, quam dimitte. Cyprianus in Expositione eius dominicae precationis non iniuria quosdam admonet, qui plus sapere quam oporteat videri volentes, hanc ut vulgarem & cunctis communem minus usurpant, qui inquit : Quae enim potest magis spiritalis (sic) esse oratio, quam quae à CHRISTO nobis data est ? a quo nobis & spiritus sanctus missus est ? Quae vera magis apud patrem precatio, quam quae à filio, (466) qui est veritas, de eius ore prolata est ? ut aliter orare quam docuit, non ignorantia sola sit, sed culpa : quando ipse posuerit, & dixerit : Reiicitis mandatum Dei, ut traditionem vestram statuatis. Oremus itaque, fratres dilectissimi, sicut magister Deus docuit. haec ille. Quomodo autem orandum sit, CHRISTUS ipse apud Ioannem docet, dicens : Spiritus est Deus, & eos qui adorant eum, spiritu ac veritate oportet adorare. Cyprianus item secreto orandum esse ex praecepto dominico demonstrat, quia Deus non vocis, sed cordis auditor est : nec admonendus est clamoribus, qui cogitationes videt....

LYC. 941 de responso ab inexpectato

fac evangil.fol 49 p 2 Daniel III, 16

16 Respondente Sidrach, Misach, & Abdenago, dixerunt regi Nabuchodonosor, Non oportet nos de hac re respondere tibi. 17 Ecce enim Deus noster quem colimus, potest eripere nos de camino ignis ardentis, & de manibus tuis, ô rex, liberare. Nb focalisation sur ce passage de Daniel, cf lyc.523. Voir tout le contexte de ces 3 jeunes gens dans la fournaise.

LYC. 967 de sapientia

evangil. 46 le scripteur dans son mélange de latin français - cf ci-dessus lyc. 891 De precatione - écrit : le pph (prophète) Baruch hortatur fideles ad sapientiae desiderium et ad hoc Invitat et au contraire en forclot les Infideles evangil 46 in verb. disce ubi sit sapientia

Baruch Cap.III v.14 Disce ubi sit prudentia, ubi sit virtus, ubi sit intellectus : ut scias simul ubi sit longiturnitas vitae & victus, ubi sit lumen oculorum, & pax...

nb le scripteur substitue sapientia à prudentia, ce qui nous renvoie aux observations que faisait déjà Coppin, Montaigne, semble-t-il, substituant pour éviter une répétition l’un de ces mots à l’autre. Cela ne nous empêche pas d’analyser ce glissement pour d’éventuelles observations plus fines : bien sûr, le titre ici du lycosthenes de sapientia a dû influencer, sinon piloter, notre scripteur. Ce scripteur introduit la référence avec un texte qui mérite analyse aussi, insistant sur l’exclusion des Infideles, ce qui nous oblige à tenir compte en fait de la totalité du chapitre III, qu’il faudra donc examiner in extenso pour une bonne appréhension contextuelle.

LYC. 994 de servis ac famulis le scripteur porte pour dire ie vous delivreray de servitude evangil. fol 47 col. pa in verb. ecce ego etc... (sans doute première colonne).

LYC. 999 de sexu

fac evangil. 58 p 2 col. ea... (code pour ou italique ou 2 ième colonne) in verb. magis autem et lectione preced. in verb. et prophetabunt. Actes des Apôtres : V v.12-17

Per manus autem Apostolorum fiebant signa, et prodigia multa in plebe. Et erant unanimiter omnes in porticu Salomonis. Ceterorum autem nemo audebat se coniungere illis : sed magnificabat eos populus. Magis autem augebatur credentium in Domino multitudo virorum, ac mulierum, ita ut in plateas eiicerent infirmos, et ponerent in lectulis ac grabatis, ut, veniente Petro, saltem umbra illlius obumbraret quemquam illorum, et liberarentur ab infirmitatibus suis. Concurrebat autem et multitudo vicinarum civitatum Ierusalem, afferentes aegros, et vexatos a spiritibus immundis : qui curabantur omnes.

Nb : cf evang. 58. le scripteur se renvoie à Actes II v.17-18 dont nous redonnons le texte intégral comme à lyc.296.

Actes des Apôtres : Pentecôte.

II v.12-22 : Stupebant autem omnes, et mirabantur ad invicem dicentes : Quidnam vult hoc esse ? Alii autem irridentes dicebant : Quia musto pleni sunt isti. Stans autem Petrus cum undecim levavit vocem suam, et locutus est eis : Viri Iudaei, et qui habitatis Ierusalem universi, hoc vobis notum sit, et auribus percipite verba mea. Non enim, sicut vos aestimatis, hi ebrii sunt, cum sit hora diei tertia : sed hoc est, quod dictum est per prophetam Ioel : Et erit in novissimis diebus (dicit Dominus) effundam de Spiritu meo super omnem carnem : et prophetabunt filii vestri, et filiae vestrae, et juvenes vestri visiones videbunt, et seniores vestri somnia somniabunt, Et quidem super servos meos, et super ancillas meas in diebus illis effundam de Spiritu meo, et prophetabunt : et dabo prodigia in caelo sursum, et signa in terra deorsum, sanguinem, et ignem, et vaporem fumi : Sol convertetur in tenebras, et luna in sanguinem, antequam veniat dies Domini magnus et manifestus. Et erit : omnis, quicumque invocaverit nomen Domini, salvus erit.

Donc, à lyc.999 - de sexu - le scripteur, qui a d’abord repéré, dans les Actes des Apôtres, l’indifférenciation des hommes et des femmes, virorum ac mulierum, se renvoie plus haut pour et prophetabunt, s’entend fils et filles : insistance sur l’égale dignité et capacité de l’homme et de la femme, en tous domaines, y compris religieux, comme dans l’unique apophtegme de cette entrée de sexu, d’Antisthenes, à cette même page, apophtegme que reprend Montaigne Essais 897 C... et le philosophe Antisthenes ostoit toute distinction entre leur vertu et la nostre... (cf pour ce thème Rencontres p.187 pour lyc. 999).

LYC. 1055 de veritate

Le scripteur porte : a spiritu sancto evangil. 65 p 2 col. pa (prima) cf Rencontres pour cette page de lyc.

LYC. 1059 de vestitu

Le scripteur porte : preceptum fuit Iudeis in habitu distingui evangil. 104 p 2 col...cir. med. (vers le milieu de la page ?)

LYC. 1065 de victoria

Scripteur : ceste victoire dont parle S. Iean qua’ vincit mundum fides nostra evangil. 53 soit I Ep. Jean V 4... quoniam omne, quod natum est ex Deo, vincit mundum : et haec est victoria, quae vincit mundum, fides nostra.

LYC. 1092 de ultione & vindicta

Scripteur : evangil. 33 p 2 in pr. non qua’res ultionem etc... cf reprise de lyc. 502 Lévitique XIX, 18...

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0