Accueil du site > 1. Actualité > Si moy qui suis

Si moy qui suis

lundi 10 juin 2002, par Equipe du Lycosthenes

SI MOY QUI SUIS

Question, ici, non de nom, mais d’ IDENTITE.

Est-ce que ce scripteur annonce son identité ?

Oui, avec un si analogue au si qui précède le seul Eyquem des Essais.

Des 120 000 noms théoriquement possibles (cf Dictionnaire étymologique des noms de famille de M.Th. Morlet (édit. Perrin 1998) ces vestigia dégagent 179 noms (en E/N ou E:M ou E/U), puis 12 noms (en EY...)
Puis 2 noms soit Eymann ou Eyquem

Est-ce que ces vestigia peuvent indiquer Eyquem ? Oui

......
......
E initial incontestable
Boucle supérieure d’un Y Autre lettre difficilement compatible.
Trois possibilités

dont M ou U ou N

La projection MICAEL singularise encore l’identité.

On trouve dans les impressions de l’époque des MICAEL sans h.

Première lettre m évidente

Deuxième lettre i sans point (courant)

Le c suit

Le a manuscrit constitué comme aujourd’hui d’une courbe antérieure suivie d’une petite verticale

Le e en deux incurvations successives est massif chez le scripteur et à cette époque.

La boucle supérieure finale du l (haste ou hampe) ne fait pas problème : regardez les signatures Michel actuelles.

En conclusion, le scripteur annonce son identité, l’écrit et ce peut être Eyquem, chose irrécusable, et donc déterminante déjà, pour notre Lycosthenes annoté, et en confrontant tous les noms compatibles, émerge encore, avec un Eyman éventuel, un Eyquem toujours plausible.

Compte tenu du caractère incontestablement très montaignien de ce scripteur (chronologie, sources, profil) Micael valide Montaigne.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0